Raccourcis des élites ou quand je me prenais encore pour une citoyenne 18/04/2021

Hier, samedi 17 avril sur France Culture, j’ai été indignée d’entendre un intervenant (dont le nom m’échappe) comparer les climato-sceptiques aux personnes refusant de porter un masque ou de se faire vacciner les mettant de facto dans le même sac (le tout sans aucune réaction des autres intervenants ou journaliste). Je conduisais alors mais d’entendre une ineptie pareille me fit sauter au plafond. De voir qu’un an après le début de la crise, les personnes qui réfléchissent en dehors de la doxa gouvernementale puissent encore être houspillées de la sorte me laisse sans voix.

Alors je vais vous donner un exemple d’une personne qui doute sérieusement de la bienveillance de notre roi: moi! Et je vais me justifier même si cela m’horripile.

Je ne suis qu’une simple citoyenne, gérante d’un café concert qui aura eu tout le loisir d’analyser, fouiller, chercher, réfléchir, déprimer, colérer, temporiser, réfléchir encore… puisque cela fait 6 mois que mon établissement est fermé de force et contre mon gré. (ce après bien sur les différentes péripéties que l’on connait depuis plus d’un an).

Et voilà une partie de qui je suis: Je ne voterai jamais à l’extrême droite. Jamais. Jamais. Jamais. Je suis pour l’accueil des héros immigrés, de ceux que l'on croise quand ont lit Fabrizio Gatti et son livre, Bilal sur la route des clandestins. Je suis pour un traitement juste et équitable. Je suis choquée quand des jeunes sont condamnés à Calais pour avoir donné de la nourriture aux migrants. Je suis pour la justice des Hommes, pour un monde humaniste et écologique.



Je suis pour taxer les entreprises cotées en bourse, je voterai pour le premier qui parlera de décroissance comme étendard de son programme, je suis pour des « Pepe » Mujica au pouvoir et pas des banquiers psychopathes et pervers.

Je suis pour la liberté vaccinale. Ni pour ni contre; je suis pour un consentement libre et éclairé. En l’occurrence avoir le choix d’être un cobaye pour les thérapies géniques qu’on nous propose ou non.


Non la crise Covid 19 n’est pas une crise isolée qui a fait naître une bande d’égoïstes refusant de porter un masque au risque de tuer mémé.


La crise m’a secouée. M’a réveillée. M’a sortie de mon confort et m’a fait regarder en face une réalité qui dure depuis trop longtemps comme le sapage délibéré des services publics par exemple.


Et alors que je fais ma part de colibri, en toute humilité, il m’arrive encore de me faire taper dessus par des gens « éclairés » qui acceptent tête baissée leur sort parce que leur sort est en réalité confortable. Il m’arrive que l’on me dise que je ne suis plus la même et parfois cela me touche. Mais heureusement que je ne suis plus la même, heureusement que voir des petits de 6 ans masqués me révolte, heureusement que voir les vieux emprisonnés dans leurs ephads me révolte, heureusement que je ne m’habitue pas au couvre feu et autres attestations, heureusement que je réfléchis au delà de mon cas personnel parce que sinon je mettrai mon humanité en veille et je ne pourrai plus me regarder en face.


Je n’ai pas changé, j’ai juste eu l’opportunité de découvrir une nouvelle facette de ma personne.


Je comprends ceux qui préfèrent fermer les yeux, je les comprends parce que c’est ce que j’ai fait pendant des années. Mais que ceux qui ferment les yeux aujourd’hui remercient ceux qui agissent ou tout du moins se taisent et nous laissent faire ce que l’on a à faire.


Qu’ils nous laissent danser, chanter, bouger, aimer, embrasser, virevolter, crier, vibrer.

Enfin, qu’ils nous laissent vivre. Le gouvernement se charge suffisamment du reste…

Merci

2 vues0 commentaire